Le livre

 

 

Savez-vous comment les Romains écrivaient et lisaient dans la Rome Antique ?

Ecrivaient-ils avec des stylos à bille ? Ah non ! Certainement pas ! ...

 

 

Le livre

 

 

Dans la vie quotidienne, les Romains avaient des livres pour préserver le savoir et les traditions. L'édition commerciale des ouvrages a commencé au début de l'Empire Romain. La plupart des éditeurs étaient d'anciens esclaves affranchis* (comme Dorus, éditeur de Tite-Live ; ou Tryphon, éditeur de Martial et Quintilien) car même si elle était ouverte aux citoyens de Rome, cette profession avait une mauvaise réputation.

 

Les "Notarii" sont des des esclaves qui avaient le rôle de "secrétaires". Depuis Cicéron ils utilisaient un système de sténographie* appelé "notes tironiennes".

 

 

 

Le matériel

 

 

Le matériel de la lecture et d'écriture était assez varié: les stylets, les tablettes de cire, les ostraca, le papyrus, le parchemin...

 

ostracon

 

 

Les ostraca (ostracon au singulier) sont des débris plats (éclats de calcaire, morceaux de poteries, ...) que l'on utilisait comme brouillon avant d'écrire ou de peindre.

 

Les Romains écrivaient aussi sur du papier bien lissé avec une plume et de l'encre soigneusement préparée.

 

morceau de papyrus

morceaux de parchemin

 

Pour écrire sur le parchemin ou le papyrus, on utilise un roseau (calamus) ou une plume d'oiseau taillée que l'on trempe dans de l'encre fabriquée à base de suie et de gomme. Les Romains connaissent même l'encre "sympathique" : ils utilisaient du lait frais que l'on peut ensuite révéler en saupoudrant la page de charbon broyé. L'encre est stockée dans un encrier (atramentarium).

atramentarium

 

stylets

 

Les Romains écrivaient sur des tablettes de bois enduite de cire noire que l'on appelaient "cerae" ou "pugillares" pour leurs correspondances, leurs notes, leurs brouillons. On trace les caractères à l'aide d'un stylet (stylus), tige de métal pointue à une extrémité et applatie en forme de spatule à l'autre bout afin de gratter la cire lorsqu'on veut effacer. Plusieurs tablettes réunis entre elles forment une sorte de livre appelé " codex".

 

Saint Ambroise, Opuscules
Alençon, Bibliothèque municipale, ms. 11, f. 1.
manuscrit du XIIe siècle



Détail d'un personnage écrivant avec un stylet sur une tablette de cire

 

 

"Constituées de planchettes de bois ou d’ivoire évidées sur lesquelles était coulée une mince couche de cire de couleur noire, brune, verte ou rouge, elles servaient à noter divers textes d’usage éphémère : comptes, brouillons, exercices d’école… à l’aide d’un stylet, en métal ou en os, dont un bout était pointu, l’autre, arrondi, servant à lisser la cire. Les tablettes pouvaient être attachées ensemble pour former des registres et, dans ce cas, elles étaient évidées et enduites de cire sur chaque face. A partir du XVIe siècle, l’usage des tablettes à écrire décline à mesure que la fabrication du papier se répand en Europe."



   Décoration luxueuse d'une tablette de cire en ivoire gravé




Tablettes de cire noire (pugillares) avec son stylet en bronze

 

 

 

L'écriture et la lecture à l'école

 

 

Des écoles se sont ouvertes après la conquête de la Gaule au 1er siècle av.J.-C. Les méthodes et le matériel employés étaient ceux des vainqueurs. A partir de ça les petits Gaulois commencent à apprendre le Grec et le Latin.

De 7 à 12 ans, l'enfant commence à faire ses études primaires. Sa journée commence tôt le matin : un esclave, le pédagogue est chargé de conduire l'élève à l'école. Pour pouvoir faire réciter les leçons à l'élève le soir, le pédagogue peut assister aux leçons. Le maître d'école n'est pas un savant, il est mal payé et il dispose d' un local peu convenable. Il est assis sur un siège surélevé au milieu des élèves. Leur emploi du temps est très diversifié. Les garçons vont à l'école où le magister leur apprend à lire, à écrire et à compter. Les filles les plus riches vont à l'école, les autres restent à la maison avec leur mère.

De 11 à 16 ans : en fonction de leur richesse, les enfants peuvent continuer leurs études chez un grammaticus qui leur apprend la grammaire, les textes Grecs et Latins.

A partir de 16 ans : le garçon suit les cours d'un rhéteur* qui lui enseigne l'art de parler en public et le prépare à la vie publique.

 

A Rome, les premières écoles furent ouvertes au IIIème siècle avant J.-C. C'était un maître d'école (ludi magister) qui enseignait aux enfants. Plus tard, les élèves vont à l'école secondaire.

 

 

 

L'écriture dans la vie quotidienne

 

 

La correspondance

 

Au début de la lettre, les Romains écrivaient selon les cas:

- salutem dat (dicit): « il donne le bonjour »

-salutem (le verbe est sous entendu)

-si vales bene est: ego autem valeo: «si tu vas bien, c'est bien: moi de mon côté, je vais bien»

A la fin de la lettre ils mettaient un mot unique:

"Vale !" : "porte-toi bien !", "salut".

 

Chez les lettrés*, on écrit en capitales, du Ier siècle av. J.-C. jusqu'à la fin du Bas Empire. Jusqu'au IIIème siècle après J.-C., les mots sont séparés par des points, puis ces séparations disparaissent, mais avant de lire, on doit préparer le texte en séparant plus nettement les mots et en ajoutant des signes de ponctuation et des pauses.

 

Les Romains écrivaient parfois en abréviations ou avec des lettres mal formées ou enchevêtrées.

 

 

Les gens

 

Au début de la Rome Antique, beaucoup de gens étaient analphabètes. L'écriture et la lecture étaient donc considérées comme un luxe. Les personnes qui savaient lire et écrire étaient "exceptionnelles".

 

Plus tard, la lecture et l'écriture ne seront plus réservées aux plus riches.

 

personnes avec des tablettes de cire, un stylet et un rouleau de parchemin

 

 

 

 

 

 

 

 

L'enseignement s'effectuait à peu près comme à notre époque à part que les Romains ne savaient pas tous lire et écrire. Seuls les plus riches pouvaient avoir ce privilège. Le matériel de lecture et d'écriture était assez varié.

 

 

 

Bibliographie

 

- Fiches " Histoire de l'écriture "

- " Latin 5ème " de Colette Milés aux éditions Hatier

- " Latin 4ème " de Colette Milés aux éditions Hatier

- " Des enfants dans l'antiquité " de Karine Delobbe aux éditions Pemf

- " Lire le latin 4ème " de M.Ko aux éditions Hachette Education

- www.bible3.com/glossaire/ images/ostracon.jpg

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Ostracon

- jfbradu.free.fr/ celtes/burdigala/.