Les Gladiateurs

Introduction :

 

 

 

         L’origine de ces affrontements entre deux combattants remonterait aux Étrusques qui organisaient des cérémonies funéraires, les munus, où l'on se battait à mort en mémoire d’un défunt. Ces sacrifices en l'honneur des morts devaient leur permettre d'avoir une autre vie après la mort. Puis, les combats étrusques furent repris par les Romains, qui les organisaient alors pour rapporter de l'argent aux édiles (magistrats de Rome). Au début, les gladiateurs se battaient un contre un, puis par paires, avant que les jeux soient de plus en plus richement dotés.

Ensuite, les Romains transformèrent définitivement ces combats funéraires en spectacles très appréciés.

 

 

I- Les écoles de gladiateurs :

 

 

         Les gladiateurs avaient différentes origines : ils étaient souvent des prisonniers de guerre, des miséreux (libres), des criminels, des débauchés, ou encore des esclaves.

Ces combattants  s'entraînaient dans des casernes impériales, ou plus souvent, dans des écoles de gladiateurs. Un entraîneur de gladiateur se nommait un lanista. Ce dernier s'occupait de la formation des futurs gladiateurs et était embauché par les propriétaire d'une école de gladiateurs. Ces propriétaires étaient souvent de richissimes Romains. Il existait de nombreuses écoles de gladiateurs, mais certaines étaient plus célèbres en raison de la qualité de l'enseignement. La plus connue était certainement la Ludus Magnus. Les combattants s'entrainaient dans ces écoles, mais ils y logeaient aussi ! Une école de gladiateurs pouvait abriter quelques dizaines de gladiateurs.

         Les gladiateurs suivaient des entraînements intensifs et harassants, pendant leur apprentissage, ou parfois pendant leur vie entière ! Ces entraînements consistaient souvent à se battre contre d'autres apprentis gladiateurs. Pour l'entraînement, ils se battaient avec des armes d'exercice, en bois, mais les plus puissants utilisaient de temps en temps des armes réelles. C'est de cette façon que beaucoup de nouveaux gladiateurs mourraient sous les coups de leurs aînés mieux entraînés.

 

 

II- Les différents gladiateurs :

 

 

         Les gladiateurs pouvaient combattre en duels, mais aussi en petits groupes qui s'affrontaient les uns contre les autres.       Les gladiateurs qui combattaient ne possédaient pas forcément les mêmes armes et armures. Ils n'avaient donc pas les mêmes techniques de combat.

Si les gladiateurs refusaient de combattre, l'arbitre les rappelait à l'ordre à l'aide d'un fer chauffé à blanc.

Lors des combats, quand un joueur était blessé, il pouvait implorer la grâce. La foule guettait l'empereur, s'il levait le pouce en l'air, le blessé aurait la vie sauve, sinon le combattant mourrait sous les coups de l'adversaire.

Zone de Texte:  
Combat de gladiateurs sur une lampe à huile
Zone de Texte:  
Secutor équipé d'un bouclier Scutum

 

Voici les différents types de gladiateurs :

 

- Andabate : gladiateur lourdement armé qui combattait en aveugle sans armes défensives autres que sa cuirasse ; il frappait au jugé.

 

- Caternaire : gladiateur ne combattant que par groupes.

 

- Dimachère : gladiateur ayant une épée dans chaque main.

 

- Essédaire (essedarius) : gladiateur qui combattait du haut d'un char.

 

- Hoplomaque (hoplomachus) : gladiateur lourdement armé.

 

- Laquearius : gladiateur qui avait pour arme un lacet.

 

- Mirmillon ou myrmillon (mirmillo) : gladiateur léger, malgré son long bouclier. Son casque était orné d'un poisson (mormuros, en grec).

 

- Parmularius : gladiateur de la classe dite Thrace ainsi nommée du fait de la parma threcidica (de parma : "bouclier").

 

- Provocator : type de gladiateur qui s'individualisait par une technique particulière de combat.

 

- Rétiaire (retiarius) : gladiateur léger, équipé d'un trident, d'un filet et d'un poignard. Il ne portait pas de casque, mais une épaulière lui protégeait le haut de l'épaule et la base du cou (galerus).

 

- Sagittarius : combattant armé d'un arc.

 

- Samnite : type ancien de gladiateur dont le nom évoque les redoutables guerriers du sud de l'Italie qui s'opposèrent à Rome au Ier siècle av. J.-C.

 

- Secutor : épéiste.

 

- Scissor : "celui qui tranche ou qui taille" qui apparaît dès le Ier siècle. Le scissor qui est un parfait "anti-rétiaire", constitue une évolution du secutor. Il conserve son casque mais remplace son scutum par un manchon métallique terminé par une demi-lune tranchante. Il est également protégé par une lorica.

 

- Thrace: gladiateur lourd muni d'une épée courbe caractéristique, la sica et d'un petit bouclier.

 

- Venator : chasseur d'animaux sauvages destinés à l'arène.

 

             

Zone de Texte:  
Le lanista arbitre un duel entre un rétiaire, à gauche, et un secutor, à droite. Mosaïque du III° s. après JCVilla de Nennig (Allemagne), 2002

 Il existait plusieurs grades de gladiateurs :

 

- Les primi pali  ou tiro (les premiers grades).

- Les secundi pali (grade supérieur).

 - Les pali (dernier grade).

        

         Les gladiateurs montaient en grades en fonction de leur expérience et de leur réussite dans l'arène. Les gladiateurs les plus connus qui remportaient de nombreuses victoires devenaient les idoles du peuple. Ceux-là étaient souvent affranchis, mais certains préféraient continuer leur carrière dans l'amphithéâtre.

 

 

III – Les plus célèbres gladiateurs :

 

Voici quelques épitaphes de gladiateurs retrouvées sur des tombes de Pompéi :

Les épitaphes comportaient des abréviations. Les lettres entre parenthèses ont été rajoutées pour la compréhension des textes.

 

FLAMMA SEC VIX AN XXX

PVGNA(VI)T XXXIIII VICIT XXI

STANS VIIII MIS IIII NAT SYRVS

HVI DELICATVS COARMIO MERENTI FECIT

CIL 10, 7297

Flamma, secutor, a vécu 30 ans. Il a combattu 34 fois, il a remporté 21 fois la victoire, il a été renvoyé debout 9 fois, gracié 4 fois. Il était Syrien d’origine. Delicatus a fait élever cette stèle pour ce compagnon d’armes qui l’avait bien mérité.

 

 

ACTIVS MIRMILLO VICTOR(IARVM) VI ANNORVM XXI

HIC SITVS EST SIT TERRA LEVIS

VXOR VIRO DE SVO

QVISQVIS VESTRVM MORTEM OPTA(VE)RIT MIHI

ET ILLVM DI FACIANT SEMPER VIVVM ET MORTVVM

CIL 2, 7,353

Actius, le mirmillon, 6 victoires, âgé de 21 ans, repose ici. Que la terre lui soit légère. Son épouse a fait élever ce tombeau à ses propres frais pour son mari. Celui d’entre vous qui a demandé la mort pour moi, que les dieux fassent de lui aussi pour toujours un vivant et un mort.

 

 

IV - Spartacus :

 

Zone de Texte:  
Spartacus, par Denis Foyatier, 1830

         L'histoire de Spartacus est une histoire tragique, car ce héros est né et mort en serviteur de la liberté. Il a combattu les légions romaines avec ses camarades gladiateurs. C'est lui qui dirigea la Troisième Guerre servile, révolte des esclaves.

Il venait probablement de Thrace, mais personne n'en est vraiment sûr !

Cet homme était un prisonnier de guerre, et condamné à mort, mais il fut finalement envoyé à la légion romaine. Il fut dans l'armée un soldat très résistant.

Après de nombreuses années de combat, on décida de l'envoyer dans les mines d'or de Nubie. En effet, les centurions romains n'oubliaient pas que Spartacus était encore prisonnier de guerre.

Travailler dans ces mines était un enfer, et il fallait survivre coûte que coûte.

Spartacus, étant très endurant, réussit à survivre assez longtemps pour être renvoyé à une école romaine de gladiateurs : Lentulus Batiatus (le nom du maître de cette école) à Capoue. Après des mois d'entraînements, il remporta de nombreux combats de gladiateurs. Il essaya ensuite de persuader ses camarades de se soulever avec lui. Soixante-dix d'entre eux acceptèrent et s'évadèrent. Ils furent bientôt ralliés par des centaines d'esclaves, de bergers,  etc...

Leur troupe de près de 7 000 hommes s'empara d'un point stratégique, le Vésuve, et décima les troupes envoyées par le préteur Varinius, puis le préteur lui-même. Grossissant de jours en jours, sa troupe dévasta les villes et villages de l'Italie du Sud. Son armée se dirigea ensuite vers le nord et détruisit par la même occasion l'armée de Lentulus. Mais les rebelles ne résistèrent pas à l'attrait du pillage, et, malgré les ordres de Spartacus, ils continuèrent les massacres. Mais, traqués par Licinius Crassus, ils décidèrent de s'enfuir par la mer. Malheureusement, les pirates qui devaient les transporter les trahirent, et Spartacus et ses hommes se retrouvèrent acculés sur la côte. L'affrontement contre les troupes de Licinius Crassus commença alors. Spartacus fut grièvement blessé à la cuisse au début du combat, mais il continua à se battre à genoux, jusqu'à mort.

Toute son armée fut massacrée.

Document réalisé par Thibaut Constans et Jean Bildé

 

 

Sources :

 

-Sites internets : - http://www.noctes-gallicanae.org/

- http://www.paxaugusta.net

- http://www.cyberpresse.ca/

- http://www.chez.com/clio/rome/bio/spartacus.htm

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Gladiateur

-Images :

- http://dicomartial.ibelgique.com/images/gladiateur.jpg

- http://www.mediterranees.net/civilisation/Rich/Illustrations/Liens/lanista.jpg

- http://negroni.frederic.free.fr/culture.html

- http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/80/Greek_pottery_2.jpg/280px-Greek_pottery_2.jpg

- http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/80/Greek_pottery_2.jpg/280px-Greek_pottery_2.jpg

 

- http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/0f/Spartacus1.jpg

 

-http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/80/Greek_pottery_2.jpg/280px-Greek_pottery_2.jpg

- http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/de/Gladiator-Elfenbeinklappmessergriff.jpg

 

- http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/Gladiator-%C3%96llampe.jpg

 

 

-Livres : - Spartacus (BT) n°1161-octobre 2004.

- La vie dans les cités antiques, de Peter Connolly et Hazel Dodge.

- Latin 4° (Nathan) Une méthode, une langue, une culture.De Jacques Gaillard.

- Latin (Magnard) de Pierre Bernet.